Pierre Ciolfi responsable du Pôle Accessibilité de l'association Valentin Haüy, bénévole et déficient visuel, répond à nos questions concernant les projets d’accessibilité culturelle passés et à venir.

Le Pôle Accessibilité de l’association Valentin Haüy mène de nombreuses actions avec des interlocuteurs extérieurs (collectivités territoriales, entreprises, organismes professionnels, institutions nationales…) en vue de favoriser l’accessibilité et permettre un maximum d’autonomie aux personnes déficientes visuelles. Il apporte son expertise en participant à des diagnostics ou à des états des lieux, en collaborant sur l’élaboration de dossiers techniques et en menant des actions de sensibilisation. Le Pôle Accessibilité est représenté partout en France grâce à ses nombreux correspondants au sein des 117 implantations locales de l’association Valentin Haüy.
 

-          Bonjour Pierre, merci de répondre à nos questions. Quel est le rôle du Pôle Accessibilité de l’association concernant l’accessibilité culturelle ?

Dans un premier temps, la mission du Pôle Accessibilité était essentiellement concentrée sur l’accessibilité des bâtiments, de la voirie et des transports. Puis, petit à petit, nous nous sommes rendu compte des besoins en matière d’accessibilité numérique et d’accessibilité culturelle dans le secteur muséographique. Les trois sont d’ailleurs intimement liés.

L’accessibilité numérique est  aujourd’hui un prérequis : par exemple, si une personne déficiente visuelle souhaite aller dans un musée, elle se renseignera sur le site internet de celui-ci et pourra trouver des informations telles que les horaires d’ouverture, les tarifs, un itinéraire… Mais d’autres informations sont importantes pour elle : dans ce musée quelles œuvres sont accessibles ? Le musée a-t-il mis en place un système qui permette de faciliter la visite des personnes malvoyantes ou non voyantes ? Or, si le site internet n’est pas  accessible, la personne déficiente visuelle ne pourra pas avoir les informations indispensables à sa venue in situ.

L’accessibilité culturelle du secteur muséographique est un nouveau volet introduit à l’association Valentin Haüy dans la continuité de l’accessibilité physique des bâtiments et de l’accessibilité numérique.

 

-          Quels projets ont déjà été élaborés par l’association en termes d’accessibilité culturelle ?

Comme nous venons de le voir, c’est par le biais de l’accessibilité physique des lieux que nous sommes sollicités sur des questions d’accessibilité culturelle, la première préoccupation d’un établissement étant de faire venir les gens à lui.

Le Pôle accessibilité a collaboré à la mise en place d’une galerie tactile lié à la rénovation du Pavillon de l’Horloge du Musée du Louvre. Le musée a installé un cheminement pour faire découvrir un certain nombre d’œuvres sur des pupitres équipés de planches tactiles. Sur ce projet, avec l’aide d’un panel de testeurs, nous avons rendu un avis d’expert sur ces pupitres tactiles, donnant des informations en gros caractères et en braille sur le contenu culturel présenté.

Nous avons aussi travaillé pour le Musée de l’Homme dans le cadre d’un partenariat essentiellement basé sur l’accessibilité physique des lieux mais aussi, encore une fois via un panel de testeurs, sur l’offre culturelle accessible au travers d’un parcours tactile (pupitres, contenus sonores, en braille, en gros caractères et tactiles).

Pupitre tactile musée de l'Homme Pupitre tactile Musée de l'Homme

Légende : Pupitre tactile au Musée de l’Homme

À Fontainebleau, le Château nous a sollicités sur l’accessibilité physique de la Cour d’honneur ainsi que sur la réalisation d’une maquette tactile de l’ensemble du site, en avant-projet.
D’autres musées parisiens sont venus nous demander des conseils pour l’accessibilité physique comme la Maison de Balzac ou le Musée de la Vie Romantique.

 

-          Un projet phare de l’accessibilité culturelle a récemment été porté par l’association à Bayeux, pouvez-vous nous raconter comment ce projet s’est mis en place ?

En effet, en septembre 2017, nous avons concrétisé un premier projet d’envergure concernant la mise en relief de la Tapisserie de Bayeux.

Cette initiative ambitieuse est partie d’une simple discussion autour d’un séjour vacances proposé aux personnes aveugles ou malvoyantes à Bayeux. En parlant de la Tapisserie de Bayeux, nous nous sommes dit qu’il était dommage d’aller dans un endroit où l’œuvre phare n’est pas accessible pour elles. Elle l’est déjà difficilement pour les voyants car protégée par une vitre blindée…

Nous avons donc contacté le Musée de Bayeux en leur demandant des photographies des trois scènes emblématiques de la Tapisserie afin de leur proposer un projet de mise en accessibilité.  Dans les trois jours, nous recevions une sélection d’images.

Nous avons ensuite contacté le conservateur du Musée de Bayeux pour lui présenter des images virtuelles présentant la mise en relief des trois scènes sélectionnées pour la mise en accessibilité d’une partie de la Tapisserie. Le projet de mise en accessibilité a été retenu !

Trois scènes emblématiques ont donc été créées en bas-relief par une technique spécifique de mise en relief 3D afin que les personnes déficientes visuelles puissent découvrir ce chef-œuvre du Moyen-Âge. C’était la première fois depuis 1 000 ans qu’on avait le droit de toucher la tapisserie !
 

Pupitre tactile Musée de Bayeux Extrait d'image Tapisserie de Bayeux

Légende : Pupitre tactile présentant le bas-relief de la Tapisserie de Bayeux – Extrait d’images de la Tapisserie de Bayeux (crédits Bayeux Museum)

-          Quelles sont les perspectives dans les années à venir pour le développement des projets d’accessibilité culturelle ?

Il faut d’abord noter qu’en région, il y a eu des réalisations faites à différentes échelles pour l’accessibilité des œuvres d’art portées par nos comités, comme le comité de Grenoble.

Nous souhaitons poursuivre cette dynamique enclenchée et proposer notre expertise à différents organismes.
Aujourd’hui, nous réfléchissons à une exposition itinérante accessible, au sein de nos comités pour les personnes déficientes visuelles. C’est une idée ambitieuse nécessitant des moyens importants. L’idée serait de choisir une douzaine d’œuvres d’art emblématiques et de les rendre accessibles. 

Un autre point important de l’accessibilité culturelle est le développement de nouvelles technologies facilitant l’accès à la culture pour tous.

C’est ainsi que nous avons été les partenaires d’un système d’audioguide lors des expositions de Gaston Lagaffe en 2017 et de Claire Bretécher en 2016 au Centre Pompidou.

Il y a encore beaucoup de possibilités à venir pour l’accès à la culture grâce à ces technologies numériques qui ne cessent d’améliorer les solutions d’accessibilité. Nous sommes attentifs à leur développement pour permettre d’accompagner les personnes déficientes visuelles dans la découverte des œuvres d’art.

 

-          Quelles sont les perspectives pour l’avenir du Pôle accessibilité ?

Nous souhaitons continuer notre accompagnement dans le secteur muséographique pour qu’il puisse proposer une offre accessible aux personnes déficientes visuelles. Deux cas de figure sont possibles : soit nous sommes sollicités par ces établissements, soit nous allons au-devant des demandes en proposant des projets auprès des institutions potentiellement intéressées.

Merci beaucoup Pierre pour le temps que vous avez pris afin de répondre à nos questions.

* Rappel loi 2005 : La loi du 11 février 2005 instaure le principe d'un lieu unique destiné à faciliter les démarches des personnes handicapées. Dans chaque département, une Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) est créée et offre un accès unifié aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées.

C’est grâce à l’ensemble de nos donateurs que nous pouvons mettre en place des services pour faire avancer l’autonomie des personnes aveugles ou malvoyantes.

 

Contact :

Pierre CIOLFI
Animateur du Pôle accessibilité

accessibilite@avh.asso.fr

 

Agenda : Le Pôle accessibilité de l’association sera présent le 24 novembre de 09h00 à 16h30 à la salle des fêtes du Bourg-sous-la Roche, 80 rue Emile Baumann, Bourg-sous-la-Roche, 85000 La Roche-sur-Yon  dans le cadre d’une journée « découverte » au service des personnes aveugles et malvoyantes* afin de les aider à acquérir une plus grande autonomie en leur proposant différentes solutions de mobilité et de services.

Au programme : conférences sur la déficience visuelle : « Voir autrement », essai chien guide et canne blanche électronique, braille, matériel de basse vision, locomotion, aide à la vie journalière… 

A lire également

15 novembre 2017

Présentation de l’association :

L'Association Valentin Haüy (AVH), reconnue d'utilité publique en 1891, a pour vocation d’aider les aveugles et les malvoyants à sortir de leur isolement, et de leur apporter les moyens de mener une vie autonome.
Les activités s’exercent au siège de l’association, comme dans ses établissements et ses 65 comités régionaux.

29 août 2016

Partenariat avec la Fédération Française du Bâtiment 

La fédération française du bâtiment et l'association Valentin Haüy s'engagent pour une meilleure prise en compte des besoins d'accessibilité des aveugles et des malvoyants dans le cadre bâti. Elles ont signé dès 2012, une convention relative au handicap visuel et à l'accessibilité de l'ensemble des constructions en s’engageant sur trois domaines :

Cours de locomotion

Soutenir l'association

Faites un don

Vous avez envie d’aider les personnes aveugles et malvoyantes à gagner leur autonomie ?

Vous souhaitez vous engager dans les projets pour servir la cause de la déficience visuelle ?