L’association Valentin Haüy au service des aveugles et des malvoyants a pris connaissance du projet de carte bancaire à cryptogramme dynamique.

Au dos des cartes bancaires, est actuellement imprimé un cryptogramme de trois chiffres qu’il faut saisir lors d’achats en ligne.

Le projet de carte bancaire à cryptogramme dynamique consisterait à remplacer ce cryptogramme imprimé par un mini-écran capable d’afficher trois ou quatre chiffres. Le cryptogramme est affiché de façon permanente mais change automatiquement, par exemple toutes les vingt minutes.

En l’état, un tel dispositif serait totalement inaccessible aux personnes aveugles ou très malvoyantes qui se trouveraient ainsi exclues des possibilités d’achat en ligne auxquelles elles ont aujourd’hui largement recours.

L’association Valentin Haüy est sensible aux préoccupations de sécurité et favorable aux innovations technologiques, mais, soucieuse de la pleine intégration des personnes déficientes visuelles à la vie sociale, refuse une modalité de changement qui se traduirait par une régression majeure en matière d’accessibilité.
En conséquence, l’association Valentin Haüy demande fermement aux banques et aux pouvoirs publics de surseoir à la mise en œuvre de nouvelles cartes bancaires ne présentant pas un niveau d’accessibilité au moins égal à celui des cartes antérieures.

 

A lire également

29 août 2016

L'utilisation des cartes bancaires par les personnes déficientes visuelles

Du fait de leur handicap, les personnes déficientes visuelles recourent de manière intensive aux achats en ligne et effectuent le plus souvent leurs règlements à l’aide d’une carte bancaire : la saisie du numéro de carte, de la date d’expiration et du cryptogramme visuel à trois chiffres ne leur pose aucun problème pour peu que le site marchand respecte les règles relatives à l’accessibilité.

15 novembre 2017

Présentation de l’association :

L'Association Valentin Haüy (AVH), reconnue d'utilité publique en 1891, a pour vocation d’aider les aveugles et les malvoyants à sortir de leur isolement, et de leur apporter les moyens de mener une vie autonome.
Les activités s’exercent au siège de l’association, comme dans ses établissements et ses 65 comités régionaux.