• Les autres sites de l'AVH
    • Boutique Valentin Haüy : Tout pour votre autonomie
    • Residence-Services Paris : Votre retraite en toute autonomie
    • Certam : Mieux connaître vos aides techniques
    • Imprimeries braille : confiez-nous vos travaux
  • Valentin Haüy Actualités S'abonner au VH Actualités Télécharger le VH Actualités
  • L'Essentiel 2015 Télécharger l'Essentiel de l'AVH (Pdf, 2 Mo) Télécharger l'Essentiel de l'AVH (Word, 1.5 Mo)
  • Aide sociale et juridique
    Matériel Spécialisé : Narratellis, machine à lire portable (Nouveau)
    Médiathèque : Accéder au site


Actualités

Des visiteurs japonais au musée Valentin Haüy : une émotion palpable

Publié le

Photo de Yoshiharu HorikoshiLes braillistes forment une famille à l'échelle de la planète, dont les membres vouent une profonde reconnaissance à Louis Braille, leur « ancêtre fondateur ». Nombreux sont ceux qui font le pèlerinage en France pour lui rendre hommage.

Yoshiharu Horikoshi est de ceux-là. Linguiste, spécialiste de littérature occidentale, il enseigne dans de prestigieuses universités tokyoïtes. Son voyage était programmé depuis plusieurs mois, il est venu du Japon visiter le musée Valentin Haüy mardi 29 mars 2011, dix-huit jours seulement après le tsunami qui a désolé son pays. L'accompagnait Toshikazu Yamamoto, un collègue universitaire voyant, psychologue et professeur du département de l'Éducation de l'Université Osaka-Kyoiku.

Brian Edmonds, anglophone, qui met régulièrement ses talents de traducteur et d'interprète au service de l'association Valentin Haüy, et qui de surcroît connaît parfaitement le musée, a aimablement prêté son concours, Messieurs Horikoshi et Yamamoto ne comprenant, hormis quelques mots de français, que l'Anglais.

Cette visite a été touchante. Au sens premier du mot, les visiteurs sont toujours émus de poser les mains sur des objets de l'époque de Louis Braille. Mais aussi parce que Brian était venu avec une étudiante, non-voyante depuis peu, qu'il aide dans ses recherches. Marion étudie la sociologie et le japonais. Elle a pu accueillir Messieurs Horikoshi et Yamamoto dans leur langue. Elle a découvert à cette occasion l'existence d'un musée que les étrangers connaissent généralement mieux que les Français. Yoshiharu Horikoshi était là sur la recommandation de son ami Kojiro Hirose, anthropologue, chargé des expositions tactiles du Musée national d'ethnologie d'Osaka, qui est aveugle, venu au musée en 2008.

Messieurs Horikoshi et Yamamoto sont allés le même jour à l'Institution nationale des jeunes aveugles, Coupvray faisait bien-sûr partie de leur programme. Ils appartiennent, avec des enseignant et des élèves de l'Université Osaka-Kyoiku ainsi que d'autres institutions, à un groupe qui a lancé « The Light on Design Project ». Il s'agit d'encourager le développement d'enfants déficients visuels par la pratique artistique partagée, source de plaisir et de joie. Les photos prises lors de la visite du musée Valentin Haüy permettent d'espérer que sa découverte s'inscrit dans cette perspective.

Ces échanges croisés ont été un moment d'intense émotion. Merci à nos visiteurs Japonais pour leur démarche volontaire qui resserre le lien entre nos deux pays.