• Les autres sites de l'AVH
    • Boutique Valentin Haüy : Tout pour votre autonomie
    • Residence-Services Paris : Votre retraite en toute autonomie
    • Certam : Mieux connaître vos aides techniques
    • Imprimeries braille : confiez-nous vos travaux
  • Valentin Haüy Actualités S'abonner au VH Actualités Télécharger le VH Actualités
  • L'Essentiel 2015 Télécharger l'Essentiel de l'AVH (Pdf, 2 Mo) Télécharger l'Essentiel de l'AVH (Word, 1.5 Mo)
  • Aide sociale et juridique
    Matériel Spécialisé : Narratellis, machine à lire portable (Nouveau)
    Médiathèque : Accéder au site


À la Une

A lire : la thèse de Marion Chottin « Le Partage de l'empirisme »

Publié le

Agrégée de philosophie et docteure en histoire de la philosophie, Marion Chottin enseigne dans le second degré. Le monde des aveugles et les questions philosophiques que pose la cécité la passionnent depuis longtemps.


Dans son actualité du 7 décembre 2011, "Comment la cécité donne à penser", l’association Valentin Haüy avait annoncé la distinction dont Marion Chottin avait été honorée deux jours auparavant en recevant le prix Richelieu de la Chancellerie des universités de Paris pour sa thèse en Histoire de la philosophie moderne "Voir et juger. Le problème de Molyneux et ses enjeux philosophiques aux XVIIe et XVIIIe siècle".


Aujourd’hui, cette thèse est publiée :
"Le Partage de l’empirisme / Une histoire du problème de Molyneux aux XVIIe et XVIIIe siècle" est disponible aux éditions Honoré Champion (640 p., broché, 110 €).


Le problème posé au XVIIe siècle par le mathématicien irlandais William Molyneux, dont l’épouse était aveugle, peut se résumer ainsi: un aveugle de naissance qui sait reconnaître par le toucher un cube et un globe, s’il vient à recouvrer la vue, peut-il les discerner sans les toucher ?
Le débat de philosophes autour de l’aveugle qui recouvre la vue a contribué à l’émergence de l’empirisme des Lumières. Dire que nos perceptions font l’objet d’une histoire, c’est établir que nos idées viennent des sens. C’est dire aussi que l’homme construit ses perceptions. Notion essentielle lorsqu’un sens vient à manquer.