Santé

Dernière mise à jour le 15/06/2020
 

Arrêts de travail dérogatoires : ameli.fr renseigne sur la marche à suivre en fonction de votre situation (mis à jour le 15/06/2020)

Un dispositif d’indemnisation des arrêts de travail dérogatoires a été créé dans le cadre de la crise sanitaire pour les parents contraints de garder leur enfant, les personnes présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie ou les personnes cohabitant avec ces personnes. Depuis le 1er mai, le dispositif a évolué. Le site www.ameli.fr vient de mettre à disposition les renseignements concernant la marche à suivre selon que le salarié est en situation de garde d’enfant ou une personne vulnérable.

Pour en savoir plus en fonction de votre situation, vous pouvez consulter le document en pièce jointe ou cliquer ici, si vous disposez d’un lecteur d’écran : https://www.ameli.fr/assure/covid-19/arret-de-travail/covid-19-dispositif-dindemnisation-des-interruptions-de-travail

 

Coronavirus : à partir du 11 mai, voici les cinq étapes à suivre si vous avez des symptômes du Covid-19

Le ministère de la Santé a dévoilé la marche à suivre durant le déconfinement pour les malades et les personnes en contact avec eux.
De l'émergence des symptômes aux tests de dépistage ou à l'isolement, le gouvernement jeudi 7 mai, a dévoilé le mode d'emploi qui prévaut à partir du 11 mai et du début du déconfinement pour les malades du Covid-19.
Retrouvez les consignes à suivre, en cinq étapes.

1 - Contacter un médecin en cas de symptômes

"Si vous présentez des symptômes évocateurs d'une infection au Covid-19 (toux, fièvre, gêne respiratoire, perte de goût ou de l'odorat), il faut agir, n'attendez pas que cela passe", a insisté le ministre de la Santé, Olivier Véran. Si vous vous trouvez dans ce cas, vous devez contacter "immédiatement votre médecin", un médecin de garde ou le 15 pour être orienté vers un autre médecin si nécessaire.

2 - Se faire tester et s'isoler préventivement

Si le médecin le juge opportun, "il vous prescrira un test de dépistage en vous orientant vers un hôpital, un laboratoire de ville, un drive", a détaillé le ministre de la Santé. Le test pourra également être réalisé "chez vous via une équipe mobile". Ce dépistage sera pris en charge à 100% par la Sécurité sociale.
En attendant les résultats du test, la règle générale sera l'isolement à domicile.

3 - Rester isolé si le test s'avère positif au Covid-19

Si le test est positif, l'isolement devra se poursuivre "jusqu'à deux jours après guérison des symptômes c'est-à-dire en moyenne pendant 8 à 10 jours", a précisé Olivier Véran. Si vous ne vivez pas seul, il sera recommandé de rester dans une pièce spécifique, d'éviter les contacts avec les autres occupants, d'aérer régulièrement son logement, de se laver les mains fréquemment, d'éviter de toucher des objets qui peuvent être touchés par les autres et de désinfecter les surfaces régulièrement touchées, comme les poignées de porte ou les téléphones portables.
"Si vous êtes en présence de votre conjoint par exemple, votre médecin vous conseillera de porter en permanence un masque", a insisté le ministre de la Santé, notant que ces masques disponibles en pharmacie seraient alors pris en charge à 100% par l'Assurance maladie. Il sera également déconseillé de recevoir des visites, sauf pour les aides à domicile par exemple.

4 - Recherche des "cas contacts"

Quand un malade sera identifié, l'Assurance maladie le contactera pour faire une "enquête" et dresser la liste des personnes qu'il aurait pu contaminer : entourage familial, amical, professionnel en contact rapproché avec le malade "jusqu'à deux jours avant le début des signes de la maladie", selon l'Assurance maladie.
Ces personnes recevront alors un appel pour les informer qu'elles sont "cas contacts". Mais "le nom de la personne malade à l'origine du contact ne leur sera communiqué qu'en cas d'accord explicite de cette dernière", a précisé l'Assurance maladie.

5 - Rester chez vous si vous êtes un "cas contact"

Et si vous êtes un "cas contact" ? "Si le risque est avéré, que vous avez par exemple partagé un déjeuner sans respecter les règles de distanciation, vous serez invité à rester chez vous en isolement, comme pour une personne malade, et à prendre votre température deux fois par jour, a souligné le ministre de la Santé. Sept jours après le dernier contact présumé avec le malade identifié, il faudra être testé. Parce que "sept jours, c'est le bon moment pour débusquer le virus, avant ça peut être trop tôt pour le trouver", a précisé Olivier Véran. Même si le test est négatif, l'isolement devra encore durer "en moyenne sept jours supplémentaires", sauf dans certains cas où le médecin pourra "proposer de l'alléger".

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR SUR LES VIRUS (mis à jour le 30/04/2020)

ET POURQUOI IL EST SI IMPORTANT DE PORTER UN MASQUE, DE SE LAVER LES MAINS LE PLUS SOUVENT POSSIBLE ET D’EVITER LES ENDROITS CLIMATISES
Texte rédigé par le Professeur Jean-Louis Dufier, Professeur en ophtalmologie, Membre de l’Académie de Médecine, Administrateur de l’association Valentin Haüy

Le virus (mot latin signifiant poison) n'est pas un organisme vivant, mais une particule (ADN) recouverte d'une couche protectrice de lipides (graisses) qui, lorsqu'elle pénètre dans les cellules des muqueuses oculaires, nasales ou buccales, intègre et modifie leur code génétique par mutation et les convertit en cellules douées de multiplication et d'agressivité.

Parce que le virus n'est pas un organisme vivant, il ne peut être tué, mais se décompose de soi-même lorsqu’il est en dehors d’une cellule. Le temps de désintégration dépend de la température, de l'humidité et du type de matériau dans lequel il se trouve.

Le virus est très fragile, il est seulement protégé par une fine couche de graisse externe. C'est pourquoi tout savon ou détergent est le meilleur remède, car la mousse CASSE LE GRAS. Il faut donc se frotter les mains pendant au moins 20 secondes ou plus, et faire beaucoup de mousse. En dissolvant la couche de graisse, la particule virale se disperse et se décompose d'elle-même.

La chaleur dissout les graisses : utilisez de l'eau à une température supérieure à 25 degrés pour vous laver les mains et nettoyer les vêtements et les objets. De plus, l'eau chaude produit plus de mousse, ce qui la rend encore plus efficace.

L'alcool ou tout mélange avec de l'alcool à plus de 65% DISSOUT TOUTE GRAISSE, en particulier la couche lipidique externe du virus.
Tout mélange avec 1 partie d'eau de javel et 5 parties d'eau dissout directement le virus, le décomposant de l'intérieur. Le vinaigre n'est PAS utile car il ne décompose pas la couche protectrice de graisse.

PAS D'ALCOOL : VODKA, WHISKY, LIQUEURS FORTES…... les plus fortes titrent au mieux 48 % d'alcool, ce qui est insuffisant pour briser un virus, il vous faudrait 65 % !

PAS DE BACTÉRICIDES. Le virus n'est pas un organisme vivant comme les bactéries. Les antibiotiques sont inutiles car ils ne peuvent tuer que ce qui est vivant. En revanche ils sont efficaces sur les surinfections bactériennes favorisées par les troubles immunitaires induits par le virus.

Collé sur une surface poreuse, le virus est inerte et se désintègre en 3 heures (tissu), 4 heures (cuivre, qui est naturellement antiseptique) et le bois, car il élimine toute humidité, 24 heures (carton), 42 heures (métal) et 72 heures (plastique). Mais si vous secouez ou utilisez un chiffon, les molécules du virus flottent dans l'air pendant 3 heures et peuvent se déposer dans votre nez. C’est pourquoi il faut éviter de secouer les vêtements, draps usagés ou non utilisés. Raisons supplémentaires pour le port du masque.

Les molécules virales restent très stables dans le froid extérieur ou artificiel émis par les climatiseurs des immeubles et des voitures. Ils ont également besoin d'humidité pour rester stables et surtout de l'obscurité. Par conséquent, les environnements déshumidifiés, secs, chauds et lumineux le dégraderont plus rapidement.

Plus l'espace est limité, plus il est confiné, plus la concentration du virus est importante. Plus l’espace sera ouvert, moins le virus sera concentré. LA CLIMATISATION EST PARTICULIEREMENT FAVORABLE A SA DISSEMINATION.

Les rayons ultra-violets du soleil brisent le virus. Mais attention à l’exposition excessive aux radiations ultra-violettes (cabines ou lampes à bronzer) favorisant les cancers de la peau.
Le virus ne peut pas passer à travers une peau saine.

Il faut se laver les mains avant et après avoir touché des muqueuses, de la nourriture, des serrures, des boutons, des interrupteurs, une télécommande, un téléphone portable, des montres, un ordinateur, des bureaux, une télévision, etc. Et quand on utilise les toilettes.
Il faut aussi s'humidifier les mains, par exemple en les lavant beaucoup, car les molécules peuvent se cacher dans des micro-rides ou les coupures. Gardez même les ongles courts pour que le virus ne s'y incruste pas.

 

Les bons gestes pour protéger sa santé et adopter les bons gestes face au Coronavirus Covid-19 (mis à jour le 07/04/2020)

Les gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Se laver les mains très régulièrement,
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir,
  • Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades,
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter,
  • Éviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts.

Pour en savoir plus : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus et
https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-questions-reponses#Modes-de-transmission-du-virus

 

Quelles sont les règles de bonnes pratiques d’hygiène alimentaire ? (mis à jour le 07/04/2020)

  • Se laver les mains régulièrement.
  • Nettoyer et sécher sa planche à découper entre chaque aliment.
  • Pour les ustensiles et équipements de cuisine (réfrigérateur, plan de travail, notamment) : laver, désinfecter à l’eau de javel diluée dans de l’eau froide puis sécher à l’aide d’un torchon propre, d’un papier absorbant à usage unique ou mise à sécher.
  • Pour les éponges, brosses à vaisselle et tampons à nettoyer : laver régulièrement puis désinfecter à l’eau de Javel diluée dans le l’eau froide.
  • Dans le réfrigérateur, séparer les produits crus des produits cuits de même que les viandes et les poissons en les plaçant dans des emballages fermés.

Pour en savoir plus : https://www.anses.fr/fr/content/les-guides-de-bonnes-pratiques-dhygiène-gbph

 

Quelles sont les recommandations sanitaires d’isolement et de maintien à domicile ? (mis à jour le 30/04/2020)

Je suis atteint par le coronavirus et je dois rester chez moi jusqu’à ma guérison.

En général, la guérison intervient en quelques jours avec du repos et, si besoin, avec un traitement contre la fièvre.

En attendant quelles sont les précautions à prendre pour moi et mes proches ?

  • Je surveille mon état de santé :
  • Je prends ma température deux fois par jour.
  • Je peux prendre du paracétamol pour faire baisser la fièvre en respectant strictement la notice d’utilisation du médicament. En cas de doute, je demande conseil à mon médecin ou à mon pharmacien.
  • Je ne dois pas prendre d’anti-inflammatoires comme l’ibuprofène sans avis de mon médecin.
  • Si j’ai un traitement habituel, je ne l’arrête pas. En cas de doute sur un médicament, j’appelle mon médecin.
  • Je ne prends pas d’autres traitements sans en avoir parlé à mon médecin ou à mon pharmacien.
  • Je donne des nouvelles à mes proches.
  • Je téléphone à mon médecin si j’ai un doute sur l’évolution de ma maladie.

Important : Si j’ai des difficultés à respirer, j’appelle immédiatement le 15 ou, pour les personnes sourdes et malentendantes, le 114.

 

La téléconsultation par téléphone, pour les patients dépourvus de moyens de connexion en vidéo (mis à jour le 07/04/2020)

Le ministre des Solidarités et de la Santé a autorisé, par exception, les consultations par téléphone. Cette décision vise à améliorer le suivi médical dans un contexte de confinement, et à permettre la détection de cas suspects ou le suivi de personnes particulièrement fragiles, lorsque les patients n’ont pas accès aux technologies numériques (smartphone ou matériel de vidéotransmission, connexion internet ou mobile permettant l’échange vidéo…).

Ces consultations, qui seront donc réservées aux patients atteints ou suspectés de Covid, ou bien en affection de longue durée ou âgés de plus de 70 ans, sans moyens vidéo, seront prises en charge comme les autres téléconsultations dans le cadre de la crise sanitaire.

Pour en savoir plus : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/teleconsultation-par-telephone

 

Chez le pharmacien (mis à jour le 07/04/2020)

Rappel : Les pharmacies restent ouvertes pendant le dispositif de confinement. Pour vous y rendre, il faut vous munir d'une attestation dérogatoire en précisant comme motif « achats de première nécessité ».
Elle peut aussi être rédigée sur papier libre. En cas de file d'attente, veiller à respecter les distances de sécurité d'un mètre.

Renouvellement d’ordonnance expirée pour maladie chronique

Afin d'éviter toute interruption de traitement préjudiciable à la santé d'un patient bénéficiant d'un traitement chronique, les pharmacies d'officine peuvent dispenser, lorsque la durée de validité d'une ordonnance renouvelable est expirée, un nombre de boîtes par ligne d'ordonnance garantissant la poursuite du traitement jusqu'au 15 avril 2020. Le traitement est d'abord délivré dans la limite d'une période d'un mois avant de pouvoir être renouvelé. Ces médicaments sont remboursés par l'Assurance maladie dans les conditions habituelles.
Le pharmacien en informe le médecin. Il appose sur l'ordonnance le timbre de sa pharmacie, la date de délivrance et le nombre de boîtes dispensées.

Médicaments avec substances à propriétés hypnotiques ou anxiolytiques

Les médicaments contenant des substances à propriétés hypnotiques ou anxiolytiques sont délivrés pour une période limitée à 28 jours renouvelable jusqu'au 15 avril 2020 à condition que ces médicaments aient été délivrés au patient depuis au moins trois mois consécutifs.

La vente de paracétamol réglementée jusqu’au 15 avril

Jusqu'au 15 avril 2020, la vente de médicaments exclusivement composés de paracétamol est réglementée.
Sans ordonnance, deux boîtes peuvent être délivrées aux patients déclarant présenter des symptômes de type fièvre ou douleurs et une boîte dans les autres cas. Le nombre de boîtes dispensées est inscrit au dossier pharmaceutique malgré l'absence d'ordonnance.

Suspension de la vente par internet de paracétamol, d’ibuprofène et d’aspirine

La vente par internet des médicaments composés exclusivement de paracétamol, d'ibuprofène et d'acide acétylsalicylique (aspirine) est suspendue.

 

Rééducation à domicile (mis à jour le 30/04/2020)

Depuis le 14 avril 2020, pour faciliter la continuité des soins de rééducation, les ergothérapeutes et les psychomotriciens peuvent pratiquer à distance par vidéotransmission certains de leurs actes à l’exclusion des bilans initiaux et de leurs renouvellements.

Pour en savoir plus : https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/coronavirus/article/foire-aux-questions


Visite des proches dans les établissements médicaux sociaux (mis à jour le 30/04/2020)

Comme annoncé par le Premier ministre et le ministre des Solidarités et de la Santé le 19 avril 2020, en lien avec la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, les consignes nationales relatives au confinement dans les établissements médico-sociaux sont assouplies pour permettre, dans des conditions très encadrées, des visites des proches.
Un protocole a été publié qui édicte des recommandations nationales applicables à compter du 20 avril 2020. Il revient aux directrices et directeurs d’établissement de décider des mesures applicables localement. Ces mesures sont définies en fonction de la situation sanitaire de l’établissement et dans le respect des préconisations sanitaires en vigueur dans le territoire concerné. C’est une fois ces consignes fixées pour garantir un retour des proches dans de bonnes conditions de sécurité que les visites pourront s’organiser.

En savoir plus ici : https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/coronavirus/article/foire-aux-questions

 

Un dispositif national de soutien médico-psychologique (mis à jour le 08/04/2020)

La situation liée à l’épidémie de Covid-19 constitue une situation potentiellement stressante pour de nombreuses personnes. Afin de répondre à cette conséquence, un dispositif national de prise en charge médico-psychologique au bénéfice des personnes qui en auraient besoin est instauré via le numéro vert (appel gratuit), 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000 en lien avec la Croix-Rouge et le réseau national de l'urgence médico-psychologique (CUMP).

L’objectif est d’assurer le repérage des personnes appelant le numéro vert grand public déployé par le Ministère des solidarités et de la santé qui expriment un besoin de soutien psychologique ou le cas échéant, présentent des manifestations de stress dans leur discours ou une détresse psychologique. Il s’agit aussi d’éviter de surcharger les SAMU-Centre 15 de ces appels.

 

Un site internet pour les urgences optiques (mis à jour le 07/04/2020)

Un site Internet recense, département par département, les opticiens assurant une permanence pour les urgences uniquement (casse, perte de matériels optiques, ordonnances indiquant l'urgence) : https://www.urgenceopticien.fr/.

 

Appel à dons du sang (mis à jour le 07/04/2020)

Dans le contexte de l’épidémie de coronavirus Covid-19, la collecte de sang doit se poursuivre pour répondre aux besoins des patients. Les donneurs non exposés à un risque (symptômes grippaux) sont incités à rejoindre les sites de collecte car les patients ont besoin de produits sanguins.  Les lieux de collecte de sang sont considérés par les autorités de l’État comme des lieux publics autorisés car vitaux et indispensables.
Vous devez vous munir d’une attestation dérogatoire avec le motif « assistance aux personnes vulnérables ».
Plus d’informations sur le site de l’EFS (Établissement français du sang)

Les sites officiels mis en ligne par le Gouvernement proposent aussi des réponses aux questions que vous pouvez vous poser sur les symptômes du virus, le port du masque ou encore comment protéger son entourage.
Nous en avons réalisé une synthèse que vous trouverez dans notre rubrique
Protéger sa santé et adopter les bons gestes face au coronavirus Covid-19

Vous pouvez faire des suggestions pour l’enrichissement de cette rubrique en envoyant un courriel à avh@avh.asso.fr.