Bicentenaire de la mort de Valentin Haüy : hommage au défenseur des droits des personnes déficientes visuelles

Le 19 mars 2022 marque le bicentenaire de la mort de Valentin Haüy. Corinne Doria, chercheuse associée à la Sorbonne, revient sur l’histoire et l’œuvre de cet intellectuel français qui fut l’un des premiers à s’intéresser à l’éducation et aux droits des personnes aveugles et malvoyantes.

Qui était Valentin Haüy ?

Valentin Haüy est issu d’un milieu relativement modeste, puisque ses parents sont tisserands en Picardie, et pourtant il réussit après des études de langues à Paris à prendre le poste très prestigieux de traducteur interprète du roi et membre du bureau académique d’écriture. C’est un grand polyglotte, il connait une dizaine de langues en plus du latin et du grec.


Comment Valentin Haüy s’est-il intéressé à la problématique de l’éducation des personnes déficientes visuelles ?

On raconte qu’en 1771, il était en train d’assister à la foire de Saint Ovide  au cours de laquelle il y avait un concert où des aveugles étaient l’objet de moqueries de la part du public. Valentin Haüy aurait été scandalisé par ce manque de considération pour leur humanité et aurait décidé d’agir pour améliorer leur sort. Bien que cette histoire soit vraie, on ne peut pas expliquer son dévouement sans le remettre dans son contexte. Nous sommes alors à l’époque des Lumières , période qui va être un véritable tournant dans la façon de percevoir les personnes aveugles dans les milieux intellectuels. La possibilité d’éduquer un aveugle ou un sourd-muet  n’était même pas considérée avant, car ils étaient considérés comme diminués d’un point de vue intellectuels . Or cette idée change, on s’intéresse aux aveugles comme des personnes avec un développement différent et non comme des personnes inférieures.


Quelle  est la situation des personnes aveugles en France jusque-là ?

En dehors des cercles intellectuels, les aveugles étaient considérés comme des gens misérables et méprisés car incapables de travailler. Ils étaient culpabilisés car ce handicap était souvent considérés comme une punition de Dieu.  Des organisations charitables pouvaient intervenir pour assurer leur survie mais certainement pas pour leur réinsertion sociale.

Que va faire Valentin Haüy pour les aider ?

Il invente un système d’écriture avec des caractères en relief et il arrive à apprendre à un jeune aveugle, François Lesueur, à lire, à faire des opérations de mathématiques, et à lire de la musique. On décide donc de confier à Valentin Haüy la gestion de l’Institut des Enfants Aveugles pour leur apprendre à lire et à travailler. Après une démonstration à Versailles en 1786 devant le roi Louis XVI, cette nouvelle institution reçoit alors la protection royale et un soutien financier régulier. On passe d’une poignée d’élèves à une centaine d’enfants. C’est la première fois que la cause de l’éducation des aveugles est prise en charge par une autorité politique.

Avec la révolution, l’Institut des Enfants Aveugles devient l'Institut national des jeunes aveugles (l’INJA).

En effet, l’école survit à la Révolution française, au Consulat, et à l’Empire, mais pour Valentin Haüy, les années qui suivent la révolution sont assez difficiles. L’INJA va être fusionné avec l’hospice des 15-20, créé au 13ème  siècle comme un hospice où les aveugles avaient le droit de vivre mais étaient isolés de la société. Son projet de l’INJA lui est complètement enlevé et l’administration décide de donner la priorité au travail manuel, ce qui s’avérera être un échec total. Jugé politiquement dangereux, il s’exile en Russie où le Tsar le mandate pour créer et diriger pendant 11 ans une école d’aveugles. Après la chute de Napoléon et le retour de la monarchie en France, Valentin Haüy se sent suffisamment en sécurité pour retourner dans son pays natal . Il n’est plus directeur de l’école mais la nouvelle administration récupère ses principes pédagogiques : accès à la culture et accès au travail pour permettre à un enfant aveugle d’avoir un développement complet. Rentré  en France 1817, il partage les dernières années de sa vie avec son frère, homme d’église, et meurt le 19 mars 1822.

Comment nait l’association Valentin Haüy ?

L’origine de l’association Valentin Haüy nait du constat fait par Maurice de la Sizeranne, un ancien élève de l’INJA, que les jeunes aveugles qui reçoivent une éducation dans cette école demeurent dans une situation de marginalité sociale. Dans cet esprit, il commence à créer des périodiques qui traitent des questions de la société, de la psychologie des aveugles, imprimés en braille et en noir. C’est un premier effort pour que la communauté des aveugles puisse avoir conscience d’elle-même et sensibiliser la société des voyants à leurs problèmes. Dans le même esprit,  il commence à créer des rendez-vous mensuels chez lui avec des personnalités, des intellectuels intéressés à la question des aveugles.  Ces réunions sont considérées comme les origines de l’association. L’association Valentin Haüy représente un point de repère culturel et social extrêmement important pour les personnes aveugles ou malvoyantes et pour toutes les personnes s’intéressant à ces questions. Sa bibliothèque patrimoniale et son musée constituent notamment un patrimoine unique au monde.

Comment l’héritage de Valentin Haüy perdure-t-il ?

Son héritage est toujours vivant dans la mesure où l’idée de donner aux personnes déficientes visuelles accès à la culture, à l’éducation et au travail est encore considérée aujourd’hui comme le système le plus efficace pour leur permettre de sortir de leur isolement,  et de s’insérer dans la société.

A lire également

13 juillet 2016

L’histoire de l’association est marquée par trois grands personnages : Valentin Haüy, Louis Braille et Maurice de La Sizeranne.
Chacun de ces hommes est intervenu à sa façon afin d’aider les personnes aveugles ou malvoyantes à acquérir plus d’autonomie et à trouver leur place socialement et professionnellement dans la société. 

29 août 2016

Musée Valentin Haüy

Fondé en 1886 par un aveugle, Edgard Guilbeau, en vue de valoriser l’invention du braille et de la situer dans son contexte historique, le musée est aujourd’hui dévolu à l’histoire des aveugles.

Cette histoire a des spécificités françaises.