Il s’agit ici de recommandations destinées à chacun (simple particulier, salarié d’une entreprise, agent d’une administration...).

Les recommandations qui suivent concernent donc les sites personnels, les blogs, les pages alimentées dans le cadre d’un système de gestion de contenus (CMS) défini par des professionnels.

Pour les professionnels d’Internet (concepteurs de sites, webmestres...) et les professionnels de la communication, le niveau d’exigence est plus élevé : ils se doivent de respecter scrupuleusement les règles d’accessibilité contenues dans les WCAG 2.0 (Web Content Accessibility Guidelines).

 

Mettre en forme

  • Ne pas justifier le texte.
  • Éviter les sauts de lignes multiples.
  • Utiliser des polices lisibles et clairement dessinées.
  • Réserver l’usage du gras aux titres ou à de rares passages sur lesquels on veut mettre l’accent.
  • Conserver les accents sur les lettres capitales.

Structurer correctement les pages Web

  • Utiliser correctement la hiérarchie des titres.
  • Utiliser de vraies listes à puces ou à numéros.

Donner un texte de remplacement aux photos, graphiques, diagrammes...

  • Images décoratives/illustratives : le texte de remplacement doit être vide.
  • Images porteuses d’information : rédiger un texte de remplacement donnant une information égale ou équivalente à celle de l’image (si cette information figure déjà sous forme de texte dans la page, le texte de remplacement peut être vide).
  • Éviter les images textes, c'est-à-dire les images contenant du texte (exception admise : les logos).
  • Pour une image-lien, le texte de remplacement doit permettre de comprendre la fonction et la destination du lien.

La plupart des outils de publication sur Internet (Wordpress, Drupal, Joomla...) permettent, lors de l’insertion d’images, d’ajouter un texte de remplacement ; il suffit de penser à renseigner correctement la zone.

 

N'utiliser les CAPTCHAs qu'avec précautions

NB : ce paragraphe n’est destiné qu’à des utilisateurs très avertis envisageant de recourir à des CAPTCHAs.

 

Un CAPTCHA est un test utilisé pour vérifier que c’est un utilisateur humain qui répond, et non un ordinateur.

Le test utilise souvent des images contenant du texte déformé, mélangé avec d'autres formes ou utilisant des jeux de couleur altérées, que l'utilisateur est invité à retaper.

 

Aperçu captcha

 

Ces textes ne sont pas accessibles aux personnes déficientes visuelles. 

 

D'autres formes de tests, basées sur des questions logiques (par exemple  combien font six fois trois ) sont par contre accessibles. Les CAPTCHA fondés uniquement sur des extraits sonores ne sont pas accessibles aux déficients auditifs. 

Si l’on utilise un CAPTCHA image, il est impératif de proposer également un autre moyen, accessible, permettant d’accéder au contenu.

 

Utiliser correctement les couleurs et les contrastes

  • Utiliser des couleurs bien contrastées, en veillant notamment à ce qu’il y ait un contraste suffisant entre la couleur du texte et la couleur d’arrière-plan.
  • Éviter l'utilisation de la couleur seule pour donner ou faire ressortir une information (par exemple le fait qu’une valeur est négative ne doit pas être indiqué par le seul emploi de la couleur rouge – utiliser le signe moins).

Pour apprécier si les couleurs sont correctement utilisées, il existe l’outil Colour contrast analyser téléchargeable gratuitement.

 

Écrire des liens de manière explicite

  • Rédiger des intitulés de liens explicites : l’intitulé d’un lien, c'est-à-dire le texte du lien tel qu’il est affiché à l’écran, doit être clair et compris indépendamment du texte qui l’entoure.
  • Les intitulés de liens suivants sont donc à proscrire : « Lire la suite », « En savoir plus », « Cliquez ici »...
  • Annoncer les liens qui déclenchent l’ouverture d’une nouvelle fenêtre ou d’un nouvel onglet : pour ce type de liens, une mention du type « (nouvelle fenêtre) » doit être ajoutée pour prévenir l’internaute.
  • Limiter le nombre de liens à quelques dizaines au maximum par page.

Faciliter la navigation et veiller à l'ergonomie

  • La navigation dans l'ensemble du site doit pouvoir se faire en utilisant exclusivement le clavier.
  • Le titre de chaque page permet d'identifier le site ainsi que le contenu de la page.
  • Permettre à l’internaute de rester dans le navigateur pour accéder à l’information, d’une part en privilégiant le recours à des pages html par rapport à des documents à télécharger, d’autre part en utilisant les possibilités d’ouverture de divers fichiers (audio, vidéo, Word, pdf...) dans le navigateur.

Maîtriser le recours aux documents bureautiques à télécharger

Le recours à des documents bureautiques à télécharger doit être strictement réservé aux cas où cela se justifie :

  • document à compléter ;
  • document modèle ;
  • document dont la mise en forme doit absolument être respectée ;
  • document très long pour lequel la lecture avec Word peut être plus aisée.

À retenir : on ne doit jamais recourir au téléchargement d’un document Word (ou pdf) simplement pour s’éviter l’effort de mettre l’information au format html.

 

Les intitulés des liens de téléchargement des fichiers doivent comporter les informations suivantes :

  • titre du fichier ;
  • format du fichier ;
  • poids du fichier ;
  • langue du fichier (si différente de la langue principale de la page).

Rendre accessibles les vidéos

Les vidéos peuvent être rendues accessibles :

  • soit par une transcription textuelle (solution la plus simple) ;
  • soit par une audiodescription (avec sous-titrage pour les déficients auditifs).

Soutenir l'association

Engagez-vous

Rejoignez nos 3300 bénévoles ! 

Vous avez envie d'aider les personnes aveugles et malvoyantes à gagner leur autonomie ?

Vous souhaitez vous engager dans des projets pour servir la cause de la déficience visuelle ?