L’accessibilité numérique

Définie par l’article 47 de la loi du 11 février 2005, au bénéfice des personnes en situation de handicap, l’obligation d’accessibilité numérique s’impose notamment, aux sites internet, intranet, extranet, aux applications mobiles, aux progiciels et au mobilier urbain numérique, mis à disposition du public par l’État, les collectivités territoriales et les grandes entreprises.
Concrètement, les sites web et les applications doivent être développés de manière à être accessibles aux logiciels lecteurs d’écran utilisés par les aveugles et les malvoyants

 

À titre d’illustration, pour qu’un site internet soit accessible, il faut, entre autres :

  • donner une alternative textuelle aux images
  • veiller à employer des couleurs bien contrastées
  • ne pas véhiculer l’information uniquement par la couleur
  • employer des polices visibles et lisibles
  • prévoir une vraie alternative aux CAPTCHA images
  • structurer l’information avec différents niveaux de titres (titre 1, titre 2…)
  • rendre accessibles les documents bureautiques en téléchargement…

Le résultat obtenu est très qualitatif, au bénéfice de tous : déficients visuels et voyants. En outre, les pages du site sont automatiquement référencées par les moteurs de recherche (dont Google) dans des conditions optimales.

 

Pour prendre la mesure du caractère primordial du sujet, il est essentiel de souligner que :

  • Le numérique a fait passer les aveugles du Moyen-Âge au XXIe siècle.
  • L’accessibilité numérique est l’une des dimensions les plus importantes de l’inclusion.
  • Le sujet ne concerne pas strictement l’accès au numérique mais l’accès à la société.